Les salles d'opération à pression positive peuvent-elles être utilisées pour les patients atteints de COVID-19 ? Comprendre la désinfection

Partager par :

Les salles d'opération à pression positive peuvent-elles être utilisées pour les patients atteints de COVID-19 ? Comprendre la désinfection

Le monde des établissements médicaux est confronté à des défis sans précédent avec l'émergence de la nouvelle pandémie de COVID-19. Une question cruciale se pose : les salles d'opération propres à pression positive peuvent-elles être utilisées pour des interventions chirurgicales sur des patients atteints de ce nouveau virus ? Dans cet article, nous nous penchons sur les complexités des salles blanches, leurs capacités et les précautions à prendre en cas de maladies infectieuses.

Le rôle des salles blanches dans les hôpitaux

Les salles blanches des hôpitaux jouent un rôle essentiel dans le maintien d'un environnement stérile pour les procédures médicales. Ces environnements contrôlés sont conçus pour minimiser la contamination croisée et réduire les taux d'infection. Étant donné les multiples voies de transmission de COVID-19, y compris les gouttelettes respiratoires, le contact avec les surfaces et même le potentiel de transmission fécale, il est primordial de garantir un environnement sûr pour les opérations chirurgicales.

Comprendre la construction d'une salle blanche

La plupart des hôpitaux sont équipés de salles blanches qui, en théorie, offrent un environnement hermétique. En mettant en œuvre un zonage, une conception des processus et une purification de l'air appropriés, ces salles peuvent efficacement atténuer les infections croisées et la propagation des bactéries et des virus. Toutefois, la phase de construction initiale se heurte souvent à des difficultés liées au développement du concept, à la planification, à la conception, à la configuration des équipements et aux techniques de construction, ce qui peut entraîner des vulnérabilités potentielles.

Pratiquer des interventions chirurgicales dans des salles blanches : Un scénario complexe

  1. Les patients atteints de COVID-19 peuvent-ils être opérés dans des salles d'opération à pression positive ?
    Ce virus hautement infectieux nécessite idéalement que les interventions chirurgicales soient effectuées dans des salles d'opération à pression négative. Toutefois, certains hôpitaux ne disposent pas de telles installations. Dans les cas urgents où une intervention chirurgicale est inévitable, il est essentiel de suivre des directives spécifiques. Dans la mesure du possible, utilisez une salle d'opération générale dotée d'une section réservée aux patients atteints de COVID-19. Si des zones séparées ne sont pas disponibles, des salles d'opération propres à pression positive peuvent être envisagées. Ces salles devraient idéalement être équipées d'unités de purification indépendantes, de zones d'isolement et de zones tampons claires, et respecter strictement les protocoles de désinfection afin d'éviter la propagation du virus.
  2. Protocoles de désinfection pour les salles d'opération à pression positive
    Après avoir effectué des interventions chirurgicales sur des patients COVID-19 dans des salles d'opération propres à pression positive, les procédures de désinfection doivent être alignées sur celles des salles d'opération à pression négative. Il s'agit notamment de nettoyer et de désinfecter méticuleusement toutes les surfaces, les interstices et les équipements de la salle. Le système de purification de l'air doit faire l'objet d'une attention particulière : des professionnels doivent remplacer les filtres et veiller à une désinfection adéquate. Les conduits d'air, tant pour la circulation que pour l'évacuation, doivent subir une désinfection complète, de préférence à l'aide de peroxyde d'hydrogène atomisé.
  3. Distinction entre les salles d'opération à pression positive et à pression négative
    Il est essentiel de comprendre les principales différences entre ces deux types de salles d'opération. Les salles d'opération propres à pression positive maintiennent une pression d'air plus élevée que les salles adjacentes et protègent principalement les patients opérés. En revanche, les salles d'opération à pression négative donnent la priorité à la protection du personnel médical et de l'environnement. La conception et le fonctionnement de leurs systèmes d'air diffèrent considérablement, ce qui a un impact sur leurs applications.
  4. Garantir la sécurité dans les salles blanches des hôpitaux
    Le contrôle de la sécurité des salles blanches des hôpitaux et des environnements contrôlés pendant leur utilisation peut s'avérer difficile en raison des configurations limitées de gestion en temps réel. Si certains hôpitaux utilisent des dispositifs d'affichage de la pression pour détecter les fuites d'air et évaluer le débit d'air, les prélèvements et les cultures bactériennes restent les indicateurs les plus directs de la sécurité. Les indicateurs bactériens, bien que complets, sont essentiels pour évaluer la sécurité de ces environnements.
  5. Reconstruction des unités d'isolement par pression négative
    Dans les cas où les hôpitaux doivent réaménager des bâtiments existants pour créer des salles d'isolement à pression négative, plusieurs considérations essentielles entrent en jeu. Ces salles visent à contrôler la transmission des infections respiratoires et requièrent des principes de conception spécifiques. La séparation physique et l'isolation aérienne des sources d'infection, associées au contrôle des flux d'air, sont cruciales. La mise en place d'un cloisonnement avec des zones tampons, des systèmes d'aération efficaces et des processus de désinfection rigoureux est essentielle à leur efficacité.

Conclusion

L'utilisation de salles blanches et d'environnements contrôlés dans les hôpitaux pour des interventions chirurgicales sur des patients atteints de COVID-19 nécessite une planification minutieuse, le respect de protocoles et une compréhension des défis uniques posés par le virus. Si les salles d'opération propres à pression positive peuvent être envisagées en cas d'urgence, elles doivent être équipées d'unités de purification indépendantes et suivre des procédures de désinfection rigoureuses. En ces temps sans précédent, les hôpitaux doivent continuer à s'adapter et à faire évoluer leurs installations pour garantir la sécurité des patients et du personnel médical.


Section des questions et réponses

1. Comment savoir si les salles blanches des hôpitaux sont sûres pendant leur utilisation ?
Les salles blanches des hôpitaux manquent souvent de configurations de surveillance en temps réel. Certains hôpitaux utilisent des dispositifs d'affichage de la pression et des échantillonnages bactériens pour évaluer la sécurité. Les indicateurs bactériens sont essentiels pour évaluer la sécurité.

2. Quelles sont les principales différences entre les salles d'opération à pression positive et à pression négative ?
Les salles d'opération propres à pression positive donnent la priorité à la protection des patients opérés et maintiennent une pression d'air plus élevée que les salles adjacentes. En revanche, les salles d'opération à pression négative mettent l'accent sur la protection du personnel médical et de l'environnement et utilisent des systèmes d'air différents.

3. Quelles sont les mesures de désinfection nécessaires après une intervention chirurgicale dans une salle d'opération à pression positive ?
La désinfection de ces salles doit être conforme aux normes des salles d'opération à pression négative. Elle comprend un nettoyage approfondi, le remplacement des filtres et la désinfection des conduits d'air, avec une préférence pour le peroxyde d'hydrogène atomisé.

4. Comment les hôpitaux peuvent-ils reconstruire des unités d'isolement par pression négative dans des bâtiments existants ?
Les principes de conception des unités d'isolement à pression négative comprennent le contrôle des flux d'air, le cloisonnement et des systèmes d'air efficaces. La séparation physique, l'isolement de l'air et une désinfection complète sont essentiels à leur efficacité.

5. Combien de renouvellements d'air faut-il viser dans les unités d'isolement à pression négative ?
Bien que le nombre de renouvellements d'air soit fixé à 12, cela ne signifie pas que de l'air frais est envoyé 12 fois. Le volume d'air neuf envoyé peut être beaucoup plus faible, la majeure partie étant de l'air recyclé. Les fuites provenant d'autres zones expliquent les renouvellements d'air supplémentaires.


Pour plus d'informations sur les salles blanches et les environnements contrôlés, veuillez consulter le site suivant Équipement de salle blanche.

Note : Cet article donne un aperçu des défis posés par COVID-19 et de l'utilisation des salles blanches dans les hôpitaux. Consultez toujours des professionnels de la santé et respectez les directives locales pour obtenir les informations et les mesures de sécurité les plus récentes.

fr_FRFR
Défiler vers le haut

Commencez dès aujourd'hui

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous contacterons rapidement.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Distributeur recherché

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous contacterons rapidement.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

télécharger les catalogues JEUNESSE

N'hésitez pas à contacter notre équipe.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.